RESUME DE LA BALADE DES CHJATEAUX CATHARES


Dès le vendredi 28 mai, l’équipe d’organisation se retrouvait vers dix heures au péage de Lunel pour prendre la direction de Narbonne-plage. Après un bout d’autoroute, arrivée au centre de vacances Avea, chemin de la falaise, pour y rencontrer nos hôtes pour le week-end. Les chambres affectées, les valises déposées, un tour en ville pour se restaurer et faire quelques courses pour les apéros du soir. Au retour, mise en place du fléchage pour trouver le centre sur la colline de la Clape et de l’accueil des participants dont plus d’une trentaine arriveront ce vendredi soir, entre seize et vingt heures. Les petites mains des femmes et des hommes en bleu du MC Sommiérois vont alors s’activer, qui pour l’enregistrement des arrivants, qui pour l’affectation des chambres, qui pour le guidage jusqu’au parking. Voire même pour la préparation du coin apéro et la vente de boissons désaltérantes bien appréciées après des heures, voire des jours de route pour certains. Car en effet, les participant(e)s viennent de Sommières bien sûr, mais aussi de Nîmes, de Rivière-sur-Tarn, mais encore de Vesoul, d’Amiens, Luçon, Les Landes, Aquitaine, Normandie, Région parisienne, La Rochelle, Pays de la Loire, Angers, La piscine ne trouvera pas de client ce soir, le bar si ! Et c’est vers 19 h 30 que tous s’y retrouveront pour le pot offert par l’organisation. Ce moment amical bien apprécié après des mois de disette conviviale sera suivi du dîner pris sur la terrasse, par tablées de six personnes pour respecter les consignes sanitaires. Le poulet coco et ses graines arriveront à point pour réchauffer les convives. Et c’est vers minuit que les derniers iront se coucher. Car demain…


Samedi, dès 7 h30, le petit-déjeuner nous attend. Après quelques réglages, tous ont pu prendre un café, un thé ou encore un chocolat. Les derniers arrivants nous ayant rejoints, ce sont quarante-deux motardes et motards qui s’affairent. Avant de se retrouver vers 8 H 45 pour les dernières consignes, les groupes constitués par couleur, départ à neuf heures direction Narbonne que nous contournerons via la rocade. Le spectacle va alors commencer pour les yeux et les appareils photos, voire les caméras pour ceux qui en sont équipés. En plaine tout d’abord, nous allons progressivement rejoindre les premiers reliefs en direction de Bizanet, puis Massac, Soulatge et Cubières où la pause sera appréciée juste avant les gorges de Galamus.

Tous les groupes s’étant rejoints, Patricia et Denis, Marie-Line et Yves vont partir en éclaireurs nous ouvrir la route. Cinq minutes plus tard le convoi va s’ébranler et franchir les quelques kilomètres de gorges en toute sécurité, les véhicules en sens inverses ayant été arrêtés par nos anges gardiens. Le parking en sortie des gorges va être tout juste suffisant pour nous accueillir. Mais le panorama sur les gorges et l’ermitage de Galamus implanté à flanc de paroi nous feront oublier ce petit désagrément. Le temps nous étant compté, nouveau départ une vingtaine de minutes plus tard pour rejoindre notre pause méridienne au château de Quéribus, dont l’ascension sera marquée par la descente de quelques belles américaines, toutes plus rutilantes les unes que les autres. Le casse-croûte préparé par l’équipe du centre Avea sera alors bien apprécié dans ce cadre majestueux. Puis certains ne résisteront pas aux appels de Morphée le temps d’une petite sieste avant qu’un certain professeur Imatoumi (sic !) ne délivre une information sur le catharisme et sur Quéribus (le rocher des buis en occitan). Celle-ci faite, il prendra alors la direction des opérations en guidant les différents équipages au château suivant, celui de Peyrepertuse (la pierre percée) et cette fois c’est Isabelle qui se chargera de nous instruire sur l’histoire du lieu. Mais la course du soleil se poursuit. Il s’agit maintenant de rejoindre les étangs de Sigean (où certains pousseront jusqu’à la réserve africaine) et de Bages pour y admirer cette fois des flamants et un paysage de bord de mer plus familier aux habitués de Camargue. Il sera alors temps de rejoindre notre base à Narbonne-plage où nous arriverons pour 18 h.

A peine douchée, l’équipe d’organisation va se mettre au travail pour préparer l’accueil des troupes autour du verre de l’amitié : la mise en place des tables (6 fois 7, facile !), la découpe des pizzas, l’organisation du coin apéro, la remise des prix, bien aidée en cela par Sabine et Denise, du centre Avea. Et dès 19 h, les groupes vont se constituer, tout au plaisir de se retrouver après cette belle journée de découvertes. Et surtout après ces mois de disette pour cause de pandémie. La charcuterie, les chips, les pizzas ainsi que les boissons proposées ajoutées à la convivialité retrouvée vont remplir les estomacs avant que MarieLine ne propose de procéder à la remise des prix. De nombreux lots seront alors offerts aux équipages et le plaisir se lit sur les visages, les sourires et les éclats de rire ne manquant pas sur les nombreuses photos. Beau moment de partage avant de dîner, cette fois de lasagnes maison. Un régal après cette belle journée. Les conversations (et le partage de boissons régionales) se poursuivront encore assez tard malgré la fatigue. Dimanche : le programme de la journée est léger ce matin car les premiers départs se font, le petit déjeuner va s’échelonner de 7 h 30 à 9 h. Et c’est vers 9 h 30 que le convoi des 38 motard(e)s encore présents va s’ébrouer direction Gruissan par la route bleue. Il est à noter que ce week-end aura été placé sous cette couleur. Entre les tenues des membres du MC Sommiérois, la couleur du ciel, de la mer et de nombreux autres éléments, elle était incontournable. On peut même signaler la bonne humeur communicative du groupe d’animation, les « Blue touffes », désormais reconnues sur la scène internationale! Gruissan où un premier arrêt sera proposé le long de l’étang pour visiter son château et le charmant centre-ville. Puis la visite se poursuivra via les cabanes sur pilotis rendues célèbres par le film « 37,2 le matin ». Ne cherchez pas cette cabane, elle a été brûlée pour les besoins du film. Visite qui nous mènera jusqu’au bout d’une jetée pour une halte chez des ostréiculteurs. Certains feront alors quelques achats de produits de la mer tandis que d’autres se feront plaisir avec une dégustation. Ce qui n’empêchera pas Isabelle de nous conter l’histoire de ces cabanes sur pilotis. Il sera alors temps de rentrer au centre pour le pointage FFM et un dernier repas fait cette fois-ci de : des tomates farcies accompagnées de riz parfumé . Les départs vont ensuite s’échelonner non sans se promettre de se retrouver prochainement sur d’autres rassemblements. Le nôtre étant pour l’occasion « la Balade du Bedot » en Ardèche les 26 et 27 juin prochains, sur les terres de nos amis Patricia et Denis. Que dire de plus ? Que le plaisir de se retrouver en ce début 2021 a vite fait oublier les petits couacs de réglages, bien compréhensibles après des mois d’inactivité. Que le printemps est décidément une belle saison pour (re) découvrir la France. Que nous avons la chance de vivre dans un pays magnifique. Et qu’on ne remerciera jamais assez toutes ces personnes qui œuvrent dans l’ombre, tout au long de l’année, pour nous proposer des week-ends divers et variés. Ces week-ends de CFT étant de belles occasions de nouer de solides amitiés en plus de sillonner de beaux territoires. Et pour cette balade en pays cathare, il serait ingrat de nous quitter sans remercier chaleureusement l’équipe « Tourisme » du Moto-club Sommiérois, toujours emmenée efficacement et avec un grand sourire par Marie-Line, Patricia, Yves et Denis, qui ont pu compter cette fois sur Reine, Pascale, Isabelle, Anne-France, Françoise, mais aussi Eric, Jean-Louis, Jean-Luc, Vincent, Gilbert et Didier […]

Prenez soin de vous !

Je remercie chaleureusement mon rédacteur Didier Marie

Marie line

159 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout